Vous êtes ici : Accueil / Documentation / FAQ / Qu'est-ce que le plan "Forte chaleur et pics d'ozone" et quelles sont les différentes phases?

Qu'est-ce que le plan "Forte chaleur et pics d'ozone" et quelles sont les différentes phases?

Cadre général

A l'été 2003, l'Europe a été frappée par une vage de chaleur d'ampleur exceptionnelle. Cet épisode caniculaire fut caractérisé par des pics de température et d'ozone exceptionnels, une forte augmentation de la morbidité et de la mortalité, plus particulièrement marquée chez les groupes idientifiés comme "àrisuqe". De plus, les limites qu'ont affiché les pouvoirs publics de certains états pour juguler les conséquences de cet épisode ont entrainé un fort mécontentement de l'opinion publique.

A la suite de cet épisode, de nombreux états ont donc entrepris de mettre en place ou de renforcer leurs structures de gestion de crise en lien avec ce type d'événements via des plans de gestion de canicule ou de vague de chaleur. Ces plans ont pour vocation, d'anticiper la survenue de vagues de chaleur, de définir les mesures à prendre pour prévenir et limiter leurs effets sur la santé et le bien être social; le tout en portant une attention très particulière aux populations à risque.

En Belgique, il a été choisi d'associer à la gestion des fortes températures, les questions de pics d'ozone qui y sont souvent liés. Depuis l'été 2015, notre pays dispose donc d'un plan intitulé "Plan vague de chaleur et pics d'ozone" (ci-après intitulé "le plan" dans le texte). La définition d'une vague de chaleur dans le présent contexte ne correspond pas à la définition qu'en font les climatologues. C'est pourquoi à partir de 2015, il a été décidé de rebaptiser le plan "Plan forte chaleur et pics d'ozone".

Phases du plan

Le "Plan forte Chaleur et pics d'ozone' se compose de 3 phases dont la deuxième, la phase d'avertissement, est subdivisée en deux niveaux:

1. une phase de vigilance

2. une phase d'avertissement, subdivisée en niveau 1 et en niveau 2

3. une phase d'alerte

La transition d'une phase à l'autre s'enclenche selon que les seuils sont atteints ou non. Les paramètres qui composent ces seuils sont basés sur les résultats des prévisions météorologiques à 5 jours, sur des mesures d'ozone journalières et sur des prévisions d'ozone à 2 jours.

Les deux premières phases du plan, vigilance et avertissement (niveau 1 et niveau 2), se basent sur des critères objectivables (période, température et concentration en ozone) alors que la phase alerte nécéssite en plus des critères de jugement ("... lorsque le seuil est atteint et qu'il s'avère que les mesures déjà prises doivent être intensifiées").

Afin d'émettre ce jugement pour la phase d'alerte, il est prévu dans le plan initial de 2004 de réunir une cellule d'analyse de risque (Risk Assessment Group, RAG), qui décidera si des mesures complémentaires sont nécéssaires et qui évaluera si le déclenchement de la phase d'alerte est nécessaire. Ces propositions de décision et d'évaluation doivent ensuite passer auprès d'une cellule de gestion de risque (Risk Management Group, RMG) composée des autorités compétentes. Etant donné que la phase d'alerte n'a jamais été atteinte en 10 ans, ces deux cellules n'ont jamais été mises en place dans le cadre de ce plan.   

Les seuils utilisés dans le présent plan sont les suivants:

Température: température minimale supérieure à 18°C et température maximale supérieure à 30°C, en moyenne sur la période considérée et mesurés à la station météorologique d'Uccle (IRM).

Ozone: le plan utilise les seuils fixés dans les directives européennes, actuellement la directive 2008/50/CE et précedemment 2002/3/CE: soit les seuils d'informations et d'alerte de respectivement 180 µg/m³ et 240 µg/m³ en moyenne horaire.

 

Les trois phases possibles du plan sont:

1. Phase de vigilance

Période opérationnelle de mise en oeuvre du plan du 15 mai au 30 septembre chaque année, indépendamment des conditions climatiques. Elle est active lorsque les prévisions de témpérature et de concentrations en ozone se situent en deçà des seuils déterminés pour les phases d'avertissement et d'alerte.

 

2. Phase d'avertissement

La phase d'avertissement comporte deux niveaux:

Niveau 1

Prévision durant 2 jours consécutifs d'une température minimale moyenne (sur les 2 jours considérés) supérieure à 18°C ET d'une température maximale moyenne (sur les 2 jours considérés) supérieure à 30°C

Niveau 2

Prévision durant 3 jours consécutifs d'une température minimale moyenne (sur les 3 jours considérés) supérieure à 18°C ET d'une température maximale moyenne (sur les 3 jours considérés) supérieure à 30°C

OU/ET

Mesure la veille à au moins un point de mesure de l'ozone d'une concentration horaire moyenne d'ozone supérieure à 240 µg/m3 (seuil d'alerte EU) ET prévision le jour même à au moins un point de mesure de l'ozone d'une concentration horaire moyenne d'ozone supérieure à 180 µg/m3(seuil d'information EU)

 

3. Phase d'alerte

Prévision durant 3 jours consécutifs d'une température minimale moyenne (sur les 3 jours considérés) supérieure à 18°C ET d'une température maximale moyenne (sur les 3 jours considérés) supérieure à 30°C (critère identique à l'avertissement de niveau 2)

ET

Mesure la veille à au moins un point de mesure de l'ozone d'une concentration horaire moyenne d'ozone supérieure à 240 µg/m3 (seuil d'alerte EU) ET prévision le jour même à au moins un point de mesure de l'ozone d'une concentration horaire moyenne d'ozone supérieure à 240 µg/m3(seuil d'alerte EU)

ET

Qu'il s'avère que les mesures déjà prises doivent être intensifiées.

SOURCE: Protocole de coordination entre les 3 Régions et CELINE dans le cadre de la mise en oeuvre du plan "Forte chaleur et pics d'ozone"

Navigation