Vous êtes ici : Accueil / Nouvelles / Qualité de l’air en 2017 : quelques chiffres provisoires

Qualité de l’air en 2017 : quelques chiffres provisoires

Particules fines

Pour la quatrième année consécutive en Flandre et à Bruxelles, et la troisième en Wallonie, la valeur limite journalière européenne pour les particules fines (PM10) est respectée en tout point de mesure. La limite européenne journalière pour les particules est de 50 μg/m³ (concentration moyenne). Cette limite ne peut être dépassée plus de 35 jours. En Wallonie, il subsiste toutefois une très petite incertitude, la station de mesure de Marchienne-Au-Pont a déjà enregistrée 33 jours de dépassement à la date du 26 décembre, elle pourrait donc encore atteindre les 35 dépassements mais vu les prévisions des prochains jours c’est très peu probable.

Les valeurs limites annuelles européennes pour les PM10 (40 μg/m³) et les PM2,5 (25 μg/m³) sont respectées en tout point de mesure. Les PM10 sont des particules d'un diamètre inférieur à 10 micromètres, les PM2.5 étant la fraction encore plus petite avec un diamètre inférieur à 2,5 micromètres

Le nombre de jours de dépassements en 2017 est comparable au nombre de jours enregistrés en 2015 et 2016. Les concentrations moyennes annuelles de PM10 et PM2.5 sont relativement stables les trois dernières années. Sur une période plus longue (depuis 2000), les concentrations moyennes annuelles et le nombre de dépassements quotidiens ont considérablement diminué. Mais Il y a eu une stagnation au cours des trois dernières années.

Si les valeurs limites européennes pour les particules fines sont respectés depuis déjà un certain nombre d'années, les valeurs guides pour la santé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus strictes, sont toujours dépassées dans la majeure partie du pays.

Dioxide d'azote (NO2)

Aux stations de mesure trafic situées dans les «canyons street» (rues bordées de bâtiments élevés) dans les grandes villes, la valeur limite annuelle européenne pour le NO2, 40 μg/m³, est dépassée. 40 μg/m³ est également la valeur recommandée de l'OMS pour le NO2. Les concentrations de NO2 diminuent peu (voire augmentent) dans les environnements urbains où la densité de trafic est importante. L’augmentation du volume du trafic et du nombre de km parcouru, la forte proportion de voitures diesel et les émissions d’oxydes d’azote supérieures en conditions de circulation réelles aux seuils autorisés légalement (dieselgate) sont les causes principales des concentrations élevées de NO2.

 Ozone (O3)

En 2017 Il y a eu 5 jours d'ozone en Belgique. Un jour d'ozone est un jour où au moins un site de mesure en Belgique dépasse le seuil européen d'information pour l'ozone de 180 μg/m³ (moyenne horaire). Le seuil d'alerte de 240 μg/m³ (moyenne horaire) n'a pas été dépassé en 2017. Les jours d’ozone en 2017 ont été observés en mai (1 jour) et en juin (4 jours). En juillet et août, il n'y a pas eu de dépassement du seuil d’information pour l’ozone, ce qui est assez exceptionnel. En 2016, il y avait également eu 5 jours d'ozone en Belgique.

Sur une plus longue période, le nombre de jours d'ozone diminue pour des conditions météorologiques similaires.

Plus d'info

Un rapport détaillé sur la qualité de l'air en 2017 sera publié dans le courant de 2018.

Les trois régions publient également des rapports annuels contenant plus d'informations.

Plus d'informations sur les tendances de la pollution atmosphérique en Belgique:

http://www.irceline.be/fr/documentation/publications/annual-reports/rapport-annuel-2016/view