Vous êtes ici : Accueil / Documentation / FAQ / Quels sont les plan d'actions lors d'épisodes de pollution aux particules fines en Belgique?

Quels sont les plan d'actions lors d'épisodes de pollution aux particules fines en Belgique?

La Communauté européenne impose aux États membres d’établir des plans d’action afin de réduire le risque de dépassement des valeurs limites ou seuils d'alerte et d'en limiter la durée. Ces plans peuvent prévoir des mesures de contrôle et, lorsque cela est nécessaire, de suspension des activités (y compris le trafic automobile), qui concourent au dépassement des valeurs limites. Ils peuvent également envisager des actions plus spécifiques visant à protéger les catégories de population sensibles, notamment les enfants. Le 2 septembre 2008, les ministres de l’environnement de trois gouvernements régionaux et la Cellule Interrégionale de l’Environnement (CELINE) ont adopté le protocole de coordination lors d’épisodes de pollution. Ce protocole s'applique aux pics de pollution relatifs aux PM10 ou aux oxydes d'azote (NO2). Sur base de l’accord de coopération entre les Régions bruxelloise, flamande et wallonne en matière de surveillance des émissions atmosphériques et de structuration des données (Moniteur belge du 24.06.1994, p. 17211), le «suivi des épisodes de pollution accrue et alerte des instances responsables indiquées par les Régions» fait partie des tâches opérationnelles de la Cellule Interrégionale de l’Environnement (CELINE). En particulier, CELINE diffuse un bulletin d’information lorsque des concentrations élevées en particules fines (PM10) et/ou dioxyde d’azote (NO2) sont prévues ou constatées. Cette mission est réalisée depuis décembre 2003 à la demande de la Région bruxelloise, depuis janvier 2005 à la demande de la Région flamande et depuis décembre 2005 à la demande de la Région wallon. Pour prévoir les épisodes de pollution, CELINE exploite les prévisions des modèles météorologiques (ALADIN, ECMWF) pour caractériser les conditions de dispersion des polluants, ainsi que les prévisions des modèles en service à CELINE (entre autres SMOGSTOP, OVL, CHIMERE) afin de prévoir les concentrations de polluants. Ces différentes sources d’informations sont analysées, comparées et confrontées à l’expérience acquise en matière de prévisions de qualité de l’air. Activation du protocole: L'activiation du protocole comporte deux phases: une phase de pré-alerte suivie d'une phase d'alerte.

1. Pré-alerte

Une phase de pré alerte, destinée à mettre en état de vigilance les services des Régions, est déclenchée lorsque les prévisions indiquent que les seuils régionaux relatifs aux concentrations journalières de PM10, 70 µg/m3, devraient être atteints pour une durée d’au moins deux jours consécutifs. Le NO2, l'un des polluants majeurs dans le secteur du transport, est pris en compte spécifiquement dans le plan bruxellois, à partir d'un seuil de 200 µg/m3.

Le seuil de 70 µg/m3 en PM10 est commun aux trois Régions, seule son interprétation spatiale varie :

  • pour la Région bruxelloise: la moyenne journalière de 70 µg/m3 doit être atteinte dans au moins deux stations de mesures bruxelloises;
  • pour la Région wallonne: la moyenne journalière de 70 µg/m3 doit être atteinte en moyenne sur deux zones « géographiques », nord et sud de la Wallonie
  • pour la Région flamande: la moyenne de 70 µg/m3 doit être atteinte en moyenne sur la Région.

 

Le schéma ci-dessous illustre cette interprétation spatiale des 3 régions de manière graphique:

 seuils_update2

2. Alerte

La phase d’alerte est activée un jour avant le début de l’épisode de pollution. Elle n’a lieu que si les prévisions de CELINE confirment le risque d’épisode de pollution signalé en phase de pré-alerte.

L’activation de la phase d’alerte implique de la part de CELINE la diffusion d’un bulletin d’informations à portée générale concernant:

  • les causes de l’épisode de pollution,
  • l’état de la situation et de son évolution probable,
  • la nature des polluants,
  • les recommandations générales en matière de santé et les comportements à adopter pour réduire les émissions polluantes.

 

3. Prolongation et fin d'épisode de pollution

Les épisodes de pollution prévus par CELINE concernent une durée minimale de deux jours. Dans le cas de figure où l’épisode de pollution présenterait une durée supérieure à deux jours, CELINE communique, à partir du deuxième jour, une information interne sur l’évolution probable de la situation. Un communiqué peut également être adressé à la presse si nécessaire. Sur base de l’analyse et de l’interprétation des concentrations mesurées et prévues, CELINE remet un avis de fin d’épisode un jour avant celui-ci. Cet avis est également communiqué auprès des médias.

Activation des plans régionaux

Lorsque la phase d'alerte est activée par Celine, chaque Région met en œuvre les mesures prévues dans ses plans d’urgence en cas de pics de pollution par les poussières fines.

Plus de précisions sur les plans régionaux se trouvent sur les sites ou liens suivant:

Région de Bruxelles-Capitale:

 

Région wallonne:

 

Région flamande:

 

En plus du seuil de70 µg/m3, les plans bruxellois et wallons prévoient deux seuils d'intervention supérieurs (100 et 200 µg/m3) avec une gradation des mesures envisagées. Pour le NO2, ces seuils sont de 200 et 400 µg/m3.

Les différentes phases du protocole et des épisodes SMOG sont reprises de manière schématique dans l'image ci-dessous:

Phases d'activation d'alertes SMOG

Navigation